Bacalar : le petit coin de paradis au Mexique

Au Mexique, vous avez plusieurs îles aux poupées mutilées comme celle de Xochimilco, le musée sous-marin de Mujeres. Vous avez aussi le cimetière hanté de Guadalajara ou encore la nuit des Alebrijes. Tout cela fait partie du patrimoine de ce pays et beaucoup ne connaissent pas leur existence. C’est aussi le cas de Bacalar qui est en réalité un petit paradis. Ce mini-guide vous amène à la découverte de cet endroit.

La ville de Bacalar : tout savoir

Bacalar est une petite ville qui comporte de nombreuses chambres d’hôtels et des auberges. Il est situé à des kilomètres de Cancún. Dans cette agglomération, vous avez une ambiance routarde et vous avez la vue sur la lagune de Bacalar. Celle-ci est située au sud de la péninsule du Yucatan. Elle est à proximité du petit pays méconnu appelé le Belize.

A voir aussi : Les Maldives : la meilleure saison pour partir

Lorsque vous quittez Tulum, vous allez traverser une très vaste jungle sur près de deux cents kilomètres. Dans ce lieu, l’homme est rare et le jaguar est celui qui est roi. Faites le plein de carburant pour ne pas tomber en panne d’essence lors du trajet.

Bacalar est l’endroit idéal pour vous reposer. Les prix proposés sont justes et les sourires sont plus spontanés. Vous aurez le temps de visiter la Riviera Maya et faire du tourisme au niveau de Disneyland.

A lire aussi : Pourquoi aller en Turquie ?

La rencontre de la lagune aux sept couleurs

Lorsque vous allez à Bacalar, la première chose que tout le monde veut voir, est la fameuse lagune aux sept couleurs. Ce qui est le plus attendu est la nuance des couleurs. L’eau est nettement claire par endroit et sombre à quelques mètres plus loin. Cela se fait en fonction de la profondeur de la lagune.

Pour donner tout le plaisir à vos yeux, il faut y passer toute la journée et en profiter pour vous baigner dans l’eau chaude.

Vous avez aussi la possibilité de contempler béate. De même, vous remarquerez que la couleur de la lagune change au fur et à mesure que le soleil s’estompe. Les couleurs se renouvellent et cela est très joli à voir pour vos yeux.

Si vous passez une journée à voir le changement des sept couleurs, le lendemain, vous n’allez pas vous empêcher d’aller voir le lever du soleil. Cela fait partie des moments très beaux qui font de Bacalar, un petit paradis dans ce pays.

Rassurez-vous, vous ne serez pas seul ; vous aurez des personnes au bout de chaque ponton. Les matins, vous allez constater que l’astre émerge soudainement au niveau de la lagune et un silence religieux se fait ressentir de part et d’autre.

À la découverte des cénotes de Bacalar

Bacalar

Aller à Bacalar sans passer par les cénotes serait comme si vous avez raté votre voyage. À part la lagune et la vue très ravissante que vous offre cette ville, vous avez des cénotes.

Le premier est le Cénote d’Azul. Ne vous fiez pas à son nom, ce n’est pas un endroit naturel ou tranquille comme vous allez l’imaginer. C’est un grand resto-bar dont l’entrée est payante. Une fois entré dans ce dernier, vous aurez droit à des fritures et à de la musique latino. Loin de ce que vous allez penser, le Cénote d’Azul est le plus sombre des quatre que vous allez trouver à Bacalar. Il est à 90 mètres de profondeur.

Vous avez aussi le Cénote de Cocalitos qui vaut le coup d’aller voir. L’entrée aussi est payante, mais il est beaucoup mieux que le précédent. Vous avez une petite terrasse ombragée avec du gazon et naturellement de la musique.

La visite des pirates des Caraïbes : le vestige historique de Bacalar

Le vestige historique de Bacalar est le fort San Felipe qui est connu comme le lieu qui a servi à lutter contre les attaques des pirates. Dans le fort, vous avez un grand musée qui retrace toute l’histoire de cette ville. Vous allez entendre la vraie histoire, celle des pirates qui rôdaient dans les coins aux XVIe et XVIIe siècles.

À cette période, vous avez les Espagnols et Portugais qui s’étaient mis d’accord pour se partager l’exploitation commerciale des Amériques. Dans le temps, ils interdisaient aux autres nations européennes de s’approcher des lieux. Alors, pour avoir leur part de gâteau, les autres envoyaient des corsaires pour attaquer les navires. C’est toute une histoire qui vaut la peine d’être écoutée, contée par un guide sur place.

Actualités